villes

Lyon

Vue sur le Rhône dans Lyon de nuit

Le shopping lyonnais

Bons plans, bons de réduction, promotions, soldes, ventes privées vous attendent chez les artisans-commerçants Lyonnais. Mais, où les trouver ?

Vous les trouverez sur les multiples marchés de Lyon et au niveau du centre ville.

Les commerces de proximité lyonnais

La ville de Lyon est riche en petits commerces qui se sont regroupés en petites associations de commerçants-artisans. Toutes les disciplines professionnelles habituelles sont représentées : le secteur alimentaire (charcuterie, boucherie, triperie, traiteur, chocolaterie, boulangerie, biscuiterie, épicerie fine, magasin bio, etc), le secteur de l’hôtellerie et de la restauration (hôtel, restaurant, table d’hôte, auberge de pays, etc.), le secteur du prêt-à-porter (femme, homme, enfant, accessoires de mode, etc), la décoration intérieure (arts de la table, meubles, cuisinistes, literie, etc)… 

Vous pouvez les retrouver en consultant le site lesratsmalins. Pour retrouver nos adhérents lyonnais en trois clics, sélectionner la catégorie, la sous catégorie et enfin faites votre choix : un commerce de proximité. En sélectionnant une fiche, vous aurez accès à différentes rubriques le concernant : son nom, le nom de sa société, le descriptif de sa société, ses spécialités et/ou ses labels, ses liens (site internet, boutique en ligne, réseaux comme Facebook, twitter, instagram, Youtube…), un formulaire de contact et vous pourrez consulter ses bons plans comme : bons de réduction, promotions, déstockage, vente flash, vente privée, Black Friday, catalogue en ligne, etc.

Lyon est une ville haute en couleur, une ville de lumières, une ville d’art et d’histoire, une ville festive, une ville sportive, une ville où la gastronomie est un art de vivre… mais c’est aussi une ville où le shopping est roi. N’hésitez plus, venez remplir votre cabas en consultant les annonces de nos adhérents lyonnais et bon shopping !

Les foires et les marchés hebdomadaires

Particuliers ou professionnels, les Lyonnais choisissent les foires et marchés comme lieux d’échanges.

La Foire de Lyon

Créée par le maire de Lyon Édouard Herriot en 1916, la grande Foire de Lyon rythme la vie économique et sociale de la ville. Elle se tient en mars et octobre au parc d’exposition Eurexpo et tourne autour de la maison (habitat et décoration) et du shopping (mode et beauté).

Le salon Primevère

Foire et exposition, le salon Primevère se tient chaque début mars pour les thèmes : nature, écologie et développement durable.

Le marché Saint-Antoine

Le marché Saint-Antoine est un marché alimentaire sur le quai Saint-Antoine du mardi au dimanche, c’est un lieu de rencontre entre riverains et restaurateurs.

Le marché de la Croix-Rousse

Du mardi au dimanche, le marché de la Croix-Rousse attire locaux et touristes. Longeant le boulevard principal, un véritable village au sein de la ville, ce marché alimentaire satisfait toutes les envies (fruits, légumes, viandes, charcuterie, triperie, vins et fleurs).

Les Centres Commerciaux et Grands Magasins à Lyon

Faire du shopping ou envie de flâner entre les boutiques, en centre-ville ou en proche banlieue, chacun trouve son bonheur dans les galeries commerciales lyonnaises.

Le Centre Commercial la Part-Dieu

Sur 110 000 m² avec 270 boutiques et 17 salles de cinéma, c’est le plus grand centre commercial urbain européen.

Le Grand Hôtel-Dieu

C’est l’endroit idéal pour le shopping de qualité : mode, bien-être et beauté.

Le Centre Commercial Confluence

Récent et moderne, on y trouve une centaine de commerces et restaurants en grande partie à ciel ouvert et une salle de cinéma.

The Village – Le French Outlet

Ce nouveau village de shopping à petit prix compte une centaine d’enseignes de luxe et de restaurants.

Les hypermarchés

Lyon et ses proches banlieues comptent 282 supermarchés et grandes surfaces.

lyon

Catégories

Artisans du Bâtiment
Beauté-Santé-Sports
Maison & Décoration
Mode & Accessoires
Multimédia
Saveurs & Goûts
Se Déplacer
Se Loger
Se Restaurer
Services
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

Lyon : la cité des lumières !

Lyon, cité des lumières, troisième ville de France, est la préfecture du département du Rhône situé en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie des 59 communes composant Grand Lyon, la métropole de lyon qui s’étend sur 538 km2 et compte 1.3 million d’habitants. Lyon est une ville riche en histoire : fondée en 43 av. J.-C., sous l’Empire romain, la cité gallo-romaine Lugdunum qui deviendra au fil du temps la ville de Lyon, est bâtie au sommet de la colline de Fourvière. Un peu plus tard, la ville est désignée capitale des Gaules. Grâce à sa situation géographique, au confluent du Rhône et de la Saône, entre le massif central et le massif alpin, Lyon se situe à la croisée de la circulation nord-sud de la France et de l’Europe. Point d’échanges et lieu de passage, Lyon devient une étape obligatoire. Vivante et dynamique, la ville de Lyon attire de plus en plus de jeunes compte tenu de ses universités, de ses grandes écoles, de la création de nombreuses entreprises. Ville d’art et d’histoire, Lyon renferme des merveilles architecturales comme la fameuse basilique Notre-Dame de Fourvière, un parc archéologique avec des vestiges archéologiques de l’époque romaine, des musées, etc. Lyon est la ville des Murs Peints, la ville de la soierie, la ville d’une célèbre marionnette : Guignol. Lumières et festivités ! Tout au long de l’année, et au grand bonheur des Lyonnais, la ville organise plusieurs événements culturels et rencontres sportives. Lyon est aussi  la ville des théâtres, des salles de spectacle… Que dire de l’événement phare de Lyon : la fête des Lumières ? C’est un véritable enchantement que vous soyez petits, grands, lyonnais ou visiteurs. Lyon est également une ville avec un savoir-faire gastronomique reconnu. Qui n’a jamais entendu parlé de la gastronomie lyonnaise ou des célèbres bouchons lyonnais ? Christian Tête d’Oie, Mathieu Vianney, David Tissot, Jean-Paul Lacombe, Paul Bocuse…des noms célèbres que l’on ne peut qu’associer à la haute gastronomie lyonnaise ! En outre, Lyon possède une autre facette de choix : le shopping ! Foires, marchés hebdomadaires, grands centres commerciaux, commerces de proximité, petites boutiques artisanales… sont au rendez-vous. Lyon est une ville est d’une richesse incroyable et à tous points de vue. Une ville qui mérite le détour !

Grand Lyon : la métropole de Lyon

Créé en 2015, Grand Lyon est composée de 59 communes : Albigny-sur-Saône, Bron, Cailloux-sur-Fontaines, Caluire-et-Cuire, Champagne-au-Mont-d’Or, Charbonnières-les-Bains, Charly, Chassieu, Collonges-au-Mont-d’Or, Corbas, Couzon-au-Mont-d’Or, Craponne, Curis-au-Mont-d’Or, Dardilly, Décines-Charpieu, Écully, Feyzin, Fleurieu-sur-Saône, Fontaines-Saint-Martin, Fontaines-sur-Saône, Francheville, Genay, Givors, Grigny, Irigny, Jonage, La Mulatière, La Tour de Salvagny, Limonest, Lissieu, Lyon, Lyon 1er arrondissement, Lyon 2e arrondissement, Lyon 3e arrondissement, Lyon 4e arrondissement, Lyon 5e arrondissement, Lyon 6e arrondissement, Lyon 7e arrondissement, Lyon 8e arrondissement, Lyon 9e arrondissement, Marcy-l’Etoile, Meyzieu, Mions, Montanay, Neuville-sur-Saône, Oullins, Pierre-Bénite, Poleymieux-au-Mont-d’Or, Quincieux, Rillieux-la-Pape, Rochetaillée-sur-Saône, Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, Saint-Didier-au-Mont-d’Or, Saint-Fons, Saint-Genis-Laval, Saint-Genis-les-Ollières, Saint-Germain-au-Mont-d’Or, Saint-Priest

Saint-Romain-au-Mont-d’Or, Sainte-Foy-lès-Lyon, Sathonay-Camp, Sathonay-Village, Solaize,

Tassin-la-Demi-Lune, Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Vernaison, Villeurbanne.

les rats malins

Le fonctionnement

Vous êtes un particulier

Le lieu

où chercher ?

 Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum sodales nisl ac metus congue vehicula. Integer eros tellus, pretium sagittis metus nec, efficitur mattis ligula.

Le besoin

Quel service ?

 Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum sodales nisl ac metus congue vehicula. Integer eros tellus, pretium sagittis metus nec, efficitur mattis ligula.

Prise de contact

finalité

 Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum sodales nisl ac metus congue vehicula. Integer eros tellus, pretium sagittis metus nec, efficitur mattis ligula.

Lyon et ses 2 000 ans d’histoires

Visiter Lyon, c’est flâner à travers le temps. Cité romaine, capitale des Gaules, haut lieu de la chrétienté médiévale, la Ville des Lumières a gardé les empreintes de son long passé. Le destin de la ville de Lyon est notamment liée à deux fleuves : la Saône et le Rhône. Rivière incontournable de la ville de Lyon, la Saône est étroitement liée à son histoire et à son développement économique. Faisant partie intégrante du panorama urbain, la Saône symbolise l’identité et la vie quotidienne des Lyonnais. Rejoint par la Saône au niveau de la Presqu’Île, le Rhône est caractérisé par des courants forts et mouvementés. Il a longtemps constitué une frontière naturelle mais la construction de ponts au XVIIIe et XIXe siècles comme le pont de Lattre de Tassigny, le pont Morand, la passerelle du Collège, le pont Lafayette, a facilité la circulation entre la cité lyonnaise et son fleuve.

Le point de départ : Lugdunum

C’est sous la domination romaine qu’est fondée la première ville : la cité gallo-romaine Lugdunum. Très vite, la cité va connaître un grand essor grâce à sa position stratégique et deviendra le carrefour des grandes voies romaines. Par la suite, Lyon va devenir la seconde ville chrétienne médiévale juste après Rome. Cité d’affaires, ville carrefour, Lyon sera longtemps une terre d’accueil pour les populations aux origines différentes. Gens de métier, financiers et marchands, venus de toute l’Europe et des pays méditerranéens, s’y sont installés en apportant leur culture et leur savoir-faire.

Les lieux Historiques à Lyon

La ville de Lyon comporte environ 500 ha de quartiers antiques qui sont inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

La colline de Fourvière

La colline de Fourvière est le point de départ de l’urbanisation de Lyon. En effet, C’est elle qui, en 43 av. J.-C., a vu naître Lugdunum qui deviendra la ville de Lyon. Cette colline culmine à 300 mètres et sa situation lui permettra d’être le point de rencontre de quatre grandes voies romaines allant dans la direction de l’Aquitaine, de la Manche, du Rhin, et de la Narbonnaise. Le haut de la colline de Fourvière est divisé au sein du secteur UNESCO en quatre quartiers : Fourvière, Saint-Just, Saint-Irénée et Montauban/Bourgneuf/Pierre-Scize. Berceau de la ville, ce haut lieu historique lyonnais abrite des monuments de l’époque romaine avec un parc archéologique et un musée gallo-romain. On y trouve également des monuments religieux du XVIe et du XVIIIe siècles, plusieurs églises, un calvaire et une basilique. C’est pour cette raison que la colline de Fourvière porte aussi le nom de “la colline qui prie”. 

Ce qu’il faut visiter sur la colline de Fourvière : la basilique de Fourvière, le parc archéologique (dont le théâtre et l’odéon), le musée gallo-romain, les restes de l’aqueduc du Gier, l’église Saint-Irénée (avec sa crypte et son calvaire), l’église Saint-Just, les mausolées de la place Wernert, les restes des thermes publics romains, le musée de Fourvière, le parc des Hauteurs, le Fort Saint-Irénée et l’Institut Franco-Chinois.

Le Vieux-Lyon

Au fil du temps, le développement urbain de la ville de Lyon est plutôt atypique. En effet, à l’époque gallo-romaine, le centre de la ville se trouvait essentiellement sur la colline de Fourvière. Mais, au Moyen Âge, il va se déplacer légèrement en direction de la Saône. La cité médiévale qui est l’actuel Vieux-Lyon va s’installer au pied de la colline de Fourvière et sur la rive droite de la Saône. Installés aux bas des pentes, coincés entre la colline et la rivière, les quartiers du Vieux-Lyon sont construits sur une étroite bande de terre. Au nombre de trois, les quartiers Saint-Paul, Saint-Jean, Saint-Georges s’accrochent aux pentes. Les rues, les escaliers et les passages dévalent jusqu’à la Saône. Á la renaissance, ils vont se spécialiser. Le quartier Saint-Paul, situé au Nord, va devenir le quartier de la grande bourgeoisie, un centre financier et commercial. Saint-jean, situé entre les deux autres, le quartier du haut clergé et de l’aristocratie. Saint-Georges, situé au Sud, le quartier des artisans. Puis, au XVIIe et XVIIIe siècles, la ville va se développer de l’autre côté de la Saône. Après des années d’abandon, menacé de démolitions, le Vieux-Lyon deviendra en 1964 le premier secteur sauvegardé de France grâce à la loi Malraux. Le Vieux-Lyon va alors renaître de ses cendres : Les vieilles pierres, les maisons anciennes restaurées vont reprendre vie pour le bonheur des lyonnais.

La Presqu'Île

Située entre la Saône et le Rhône, la Presqu’Île, correspond actuellement au cœur de la ville de Lyon et regroupe, au sein du secteur Unesco du Nord au Sud, les quartiers des Terreaux, Saint-Nizier, Cordeliers, Grolée, Jacobins, Bellecour, Ainay et Perrache. La Presqu’île est la partie de la ville de Lyon la plus remarquable pour son architecture des XVIIIe et XIXe siècles.

La colline de la Croix-Rousse

La Croix-Rousse prolonge au Nord la Presqu’Île entre la Saône et le Rhône et se divise en deux quartiers distincts : les  Pentes et le Plateau. La Croix-Rousse se trouve être l’ancien fief des canuts, ouvriers en soierie. Elle est donc fortement marquée par la fabrique de la soie. .Les Pentes et la partie sud du Plateau sont intégrées au secteur UNESCO. Aujourd’hui, la Croix-Rousse forme un ensemble de deux quartiers vivants : esprit village pour le Plateau et animation, ambiance festive pour les Pentes. Pour l’anecdote, cette colline doit son nom à une croix érigée en 1560 en pierre jaune-violacée de Couzon qualifiée à l’époque de “pierre rousse”.

les rats malins

Le fonctionnement

Vous êtes un professionnel

Le lieu

où chercher ?

 Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum sodales nisl ac metus congue vehicula. Integer eros tellus, pretium sagittis metus nec, efficitur mattis ligula.

Le besoin

Quel service ?

 Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum sodales nisl ac metus congue vehicula. Integer eros tellus, pretium sagittis metus nec, efficitur mattis ligula.

Prise de contact

finalité

 Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum sodales nisl ac metus congue vehicula. Integer eros tellus, pretium sagittis metus nec, efficitur mattis ligula.

Á visiter absolument à Lyon

La basilique Notre-Dame de Fourvière

D’après le Cardinal Philippe Barbarin ; “La basilique est, comme disent les enfants et ceux qui gardent leur cœur d’enfant, la Maison de Marie”. 

Édifice remarquable surplombant la colline de Fourvière ou la colline qui prie”, la basilique Notre-Dame de Fourvière offre une vue panoramique sur la ville. Classée Monument historique, elle accueille 2,5 millions de visiteurs chaque année. Elle fait partie du site lyonnais inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Emblème de la ville de Lyon, la basilique Notre-Dame de Fourvière mesure 86 mètres de long et 35 mètres de large. Elle se singularise par une architecture aux inspirations byzantine, gothique et romane. Elle est dotée de quatre tours, hautes de quarante-huit mètres, représentant les vertus cardinales : la Prudence (tour Nord-Est) et la Tempérance (tour Sud-Est) font face à la ville de Lyon ; la Force (tour Nord-Ouest) et la Justice (tour Sud-Ouest) dominent le parvis. Elle se compose de deux églises superposées, l’église haute étant dominée par trois coupoles, éclairée par six vitraux, soutenue par seize colonnes… Quant à la décoration intérieure, elle est tout simplement majestueuse : marbre blanc de Carrare, granit rose du Nord de l’Italie, marbre bleu de Savoie, onyx vert, éclats de l’argent et de l’or, mariage de l’ébène et de l’ivoire. En la visitant, vous ne pourrez qu’être séduit par cet édifice hors normes.

Le Parc Archéologique “Lugdunum”

Ce parc archéologique de Fourvière est composé de plusieurs vestiges archéologiques de l’époque romaine comme le Théâtre antique lieu touristique incontournable à Lyon accueillant aujourd’hui spectacles et festivités ; l’Odéon antique, construit juste à côté du Théâtre antique. Ce dernier est l’un des principaux monuments romains à Lyon et, en été, il reçoit le festival des Nuits de Fourvière. On peut également admirer les vestiges de la rue des boutiques, le sanctuaire dit de Cybèle, le grand réservoir d’eau et la voie romaine.

L’Aqueduc du Gier​

Mesurant 86 km, l’aqueduc du Gier est le plus important des quatre aqueducs romains qui alimentaient Lugdunum en eaux en traversant 23 communes de la Loire et du Rhône. Captant l’eau du Gier à Saint-Chamond, il transportait l’eau jusqu’à Fourvière.  Des vestiges de ce géant de pierre âgé de plus de 2000 ans sont encore visibles dans les communes de Brignais et Chaponost.

Les Parcs et Jardins

Au grand plaisir des Lyonnais, le centre-ville possède une collection de coins de nature, détente et loisirs : le jardin du Rosaire, intégré au Parc des hauteurs, couvre plus de 2 ha et 1 400 m de chemins. C’est un passage pratique pour accéder à Fourvière depuis le Vieux-Lyon ; le parc de la Tête d’Or, situé en plein cœur de Lyon, il offre une grande variété d’activités : manège, bateaux, petit train, poney, etc. Ce parc de 105 ha est composé d’un parc zoologique, un jardin botanique et un lac de 16 ha ; les berges du Rhône qui sont entièrement dédiées à la détente et aménagées pour la promenade et les activités non motorisées : vélo, roller, skate, aires de jeux, foot, pétanque et volley.

La colline de la Croix-Rousse

La Croix-Rousse prolonge au Nord la Presqu’Île entre la Saône et le Rhône et se divise en deux quartiers distincts : les  Pentes et le Plateau. La Croix-Rousse se trouve être l’ancien fief des canuts, ouvriers en soierie. Elle est donc fortement marquée par la fabrique de la soie. .Les Pentes et la partie sud du Plateau sont intégrées au secteur UNESCO. Aujourd’hui, la Croix-Rousse forme un ensemble de deux quartiers vivants : esprit village pour le Plateau et animation, ambiance festive pour les Pentes. Pour l’anecdote, cette colline doit son nom à une croix érigée en 1560 en pierre jaune-violacée de Couzon qualifiée à l’époque de “pierre rousse”.

Les musées lyonnais

Portails culturels de la ville de Lyon, les musées rappellent des millénaires de richesses patrimoniales et de collections. La liste des musées lyonnais est impressionnante. En voici quelques exemples. Les musées Gadagne abritent le musée d’histoire et le musée des arts de la marionnette dans ses trente-neuf salles d’exposition. Le Trésor de la Cathédrale, haut lieu de la chrétienté, met en valeur livres anciens, missels rares, orfèvrerie et ornements brodés. Le musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, bâti au sein du parc archéologique de Fourvière, expose les vestiges de l’histoire de Lyon antique. L’Antiquaille collectionne des automates en hommage aux diverses célébrités (peintres, écrivains, musiciens, inventeurs, etc.). Inauguré en 2014, le musée des Confluences, musée d’exception, présente un parcours de 3 000 m² sur le grand récit de la terre et de l’humanité. L’institut Lumière, installé dans la villa familiale des frères Lumière, inventeurs de la caméra nommée le Cinématographe, propose des expositions sur le thème de la photographie et de la cinématographie.

La Soierie Lyonnaise

L’industrie de la soie a fortement marqué Lyon et son environnement urbain. Elle fait partie de la mémoire lyonnaise. Pour en savoir plus sur la soierie lyonnaise, différents établissements peuvent être visités comme “le musée du Tissus” qui retrace 4500 ans d’histoire du tissus et qui expose plus d’un million de références en soierie ; “la maison des Canuts” qui renferme toute l’histoire de la soie, du tissage et du métier Jacquard ; “la Soierie Vivante” qui est la seule association de sauvegarde du patrimoine de la soie à Lyon ; “Tissage Mattelon” qui est un atelier familial de tissage à bras, classé monument historique, présentant un grand intérêt au point de vue de l’histoire des techniques et de l’activité des tisseurs lyonnais au XIXe siècle ; “l’Atelier de Soierie” est un atelier de démonstrations d’impression au cadre plat, dite à la lyonnaise ; “Musées Gadagne” dont le musée des marionnettes du monde qui aborde le sujet de la soierie : métier à tisser, canuts, Guignol et marionnettes ; “Maison Combier” qui propose les créations d’un grand tisseur lyonnais ; “Soierie Saint-Georges” qui est un atelier où on peut voir fonctionner un métier ; “Brochier Soieries”qui est spécialisée dans la fabrication d’étoffes d’exception et l’impression de carrés d’artistes.

Les Murs Peints

Véritable savoir-faire lyonnais, le Mur Peint est connu dans le monde entier. En effet, depuis de 30 ans, ces fresques urbaines sont devenues une tradition lyonnaise. Plus de 400 murs peints par des artistes lyonnais foisonnent sur toute la planète. À Lyon, ces Murs Peints ou trompe-l’œil permettent de découvrir la ville d’une autre façon. Décor à ciel ouvert, cet élément urbain permet d’explorer la ville, son histoire, sa mémoire et ses habitants d’une manière insolite. Certains Murs Peints sont présents au sein du secteur Unesco de Lyon. 

Sur la colline de Fourvière et dans le Vieux-Lyon, on peut admirer trois fresques : “les basiliques de Saint-Just” (fresque de 70 m2 illustrant les vestiges des basiliques successives de Saint-Just), “la Sarra” (le plus grand trompe-l’œil du monde, 3 000 m2, rappelant l’époque gallo-romaine, le Moyen Âge et la Renaissance), “la Cour des Loges” (fresque en hauteur de mur ressemblant à un rideau de théâtre et évoquant l’Hôtel de la Cour des Loges). 

Sur la Presqu’Île, on dénombre pas moins de 6 Murs Peints : la Bibliothèque de la cité” (fresque mesurant 400 m2 illustrant près de 500 ouvrages d’auteurs célèbres comme Bernard Pivot, Voltaire, Louise Labé, Frédéric Dard, Elsa Triolet, Louise Calaferte, Rabelais, Reverzy, Annie Salager…), “la fresque des Lyonnais” (fresque de 800 m2 avec une trentaine de personnages lyonnais comme l’empereur Claude, Pauline Jaricot, l’abbé Pierre, Paul Bocuse, Saint Exupéry, Jacquard, Claude Bernard, les frères Lumière, Ampère, Marcel Mérieux…), “Acie et les heures intenses” (fresque de 80 m2 dans le patio de l’entreprise Acies), “le Mur des Canuts” (grand trompe-l’œil de 1.200 m2 qui rappelle la mémoire de la Croix-Rousse), “la Fresque Végétale Lumière” (fresque de 650 m2 occupant un mur entier de la Clinique Saint-Charles), “les Routes de la Soie” (fresque située sur un immeuble HLM de l’OPAC, d’une surface de 150 m2 et évoquant  3.000 ans d’histoire de la soie).

La ville de Lyon a à son actif d’autres fresques comme : “la Fresque de Gerland”, “Gerland Biotechnologies”, “Fresques de l’Espace Diego Rivera”, “la Fresque de Montluc”, “Lyon, la santé, la vie”, “Voyages dans la Ville”, “la Résistance”, “les 25 fresques du Musée Urbain Tony Garnier”

Le Guignol

Le Guignol est créé par un artisan en soie, Laurent Mourguet, en 1808. La célèbre marionnette à gaine est devenue l’emblème lyonnais dès sa première apparition grâce sa langue bien pendue, son parler lyonnais et ses expressions truculentes. Ce personnage haut en couleur dénonce l’injustice sociale en prenant le parti des petites gens. Guignol est accompagné de Gnafron, un savetier joyeux buveur de Beaujolais, et de sa femme, Madelon et vit des aventures présentées dans un petit théâtre. 

Aujourd’hui, on peut découvrir Guignol dans différents endroits de la cité lyonnaise : le théâtre Municipal “Le Guignol de Lyon” avec un répertoire classique et des créations contemporaines ; le théâtre la maison de Guignol avec un spectacle pour enfant et un pour adulte ; la Compagnie Daniel Streble faisant vivre la tradition lyonnaise ; Au Véritable Guignol du Vieux Lyon et du Parc Tête d’Or est un petit théâtre itinérant fondé au XIXème siècle qui s’est définitivement installé au parc de la tête d’Or en 1948 ; Musée des marionnettes du monde (Musées Gadagne) qui conserve la plus ancienne marionnette connue de Guignol et qui possède dans ses réserves plus de 2.000 marionnettes et un grand nombre de castelets ; Le Petit Musée Fantastique de Guignol qui présente des automates géants.

Les diverses festivités dans la cité lyonnaise

Lyon, “cité des lumières”, est une ville jeune, dynamique, festive culturelle. Elle compte plus de 20 000 spectacles, fêtes et événements chaque année.

Théâtres et salles de spectacles

La ville de lyon possède de nombreux édifices accueillant des salles de spectacles : La Hall Tony Garnier, salle de concert et d’exposition située dans le quartier de Gerland avec une capacité de 4 416 à 5 496 places assises et une capacité totale de 17 000 places ; le théâtre des Célestins, situé dans le quartier Bellecour,qui  peut accueillir 1 000 spectateurs et qui propose des spectacles classiques et contemporains ; le théâtre de la Croix-Rousse dédié aux spectacles de danse ; le théâtre Tête d’Or, théâtre de création qui propose des programmes divertissants et des matinées scolaires pour le jeune public ; l’Opéra de Lyon, situé place de la Comédie, avec une capacité de 1 400 places, accueille opéras et concerts.

La Fête des Lumières

Tous les ans, le 8 décembre, les Lyonnais célèbrent la fête des Lumières en hommage à la Vierge et à la statue dorée. C’est une tradition datant de 1852. Avec le Plan Lumière, cette manifestation va prendre plus d’ampleur et s’appelle désormais : “Lyon 8 décembre – Fête des Lumières”. Tradition et évolutions technologiques de la lumière vont s’unir pour offrir un spectacle unique en Europe. Tous les édifices de la ville : l’Hôtel de Ville, Fourvière, les églises, les ponts, les quais, les lieux publics… vont être transcendés par un jeu de lumière. Le panorama nocturne devient alors féérique. Les rues sont envahies par les lyonnais et les visiteurs. Une ambiance de fête inoubliable règne sur la cité lyonnaise.

Les évènements sportifs lyonnais

En toute saison, été comme hiver, de jour ou de nuit, les lyonnais sont de véritables passionnés de sport. La ville de Lyon offre de nombreuses compétitions sportives : le Re Lyon Nous, événement original et ludique, course découverte et journée conviviale, réunissant parcours sportifs et visites de lieux symboliques au mois de juin ; le Run In Lyon, compétition de course à pied organisée en octobre (10 km, semi-marathon et marathon) rassemblant des milliers de participants ; la SaintéLyon, course nocturne se déroulant début décembre sur un parcours de 70 km ; le Lyon Urban Trail, une idée créative, le trail en ville avec des parcours purement urbains (ruelles pavées, traboules, dénivelés, marches d’escalier…) ; le Lugdunum Roller Contest, événement sportif pour tous les passionnés de la glisse avec des épreuves autour du roller, du skate et de la trottinette ; la Lyon Kayak, une autre façon de découvrir Lyon, avec un parcours de 14 km ou de 21 km, réservé aux sportifs aguerris, avec descente de la Saône et traversée de la ville en kayak, canoë, aviron, pirogue ou stand-up paddle.

Le football lyonnais

Le Parc Olympique lyonnais, appelé aussi Groupama Stadium ou Stade des Lumières, est le temple du football lyonnais. Outre le stade à 59 000 places et le musée dédié à l’Olympique lyonnais, ce complexe sportif de 45 ha dispose de différents aménagements : voie cyclable et piétonne, simulateurs sportifs, mini-golf, mini-karting, bowling, restauration et espace enfant…

La gastronomie lyonnaise

Capitale mondiale de la gastronomie depuis 1935, Lyon préserve sa réputation culinaire en adoptant les tendances modernes qui côtoient étroitement aux traditions. La cuisine lyonnaise sera tout d’abord portée jusqu’au début du XXe siècle par les célèbres mères lyonnaises : mère Guy, mère Filloux, mère Léa, mère Brazier. De matelote d’anguille au tablier de sapeur, de la volaille demi-deuil à la quenelle au gratin, les établissements des mères lyonnaises continuent de servir des menus de très haute qualité. Quant à l’art culinaire lyonnais de nos jours, fortement marqué par les traditions, connaît un souffle de modernité avec les nouveaux talents de la gastronomie tels que Christian Tête d’Oie, Mathieu Vianney, David Tissot, Jean-Paul Lacombe et Paul Bocuse, baptisé “pape de la cuisine”.

Les bouchons lyonnais

Le bouchon lyonnais, grand symbole de la gastronomie lyonnaise, est issu de la tradition des mâchons instaurée par les canuts, ouvriers de la soie. Associée à Guignol et à Gnafron, le bouchon lyonnais propose des plats simples, composés essentiellement de cochonnaille, le tout largement arrosé de Beaujolais ou de Côtes-du-rhône, dans un esprit populaire à la bonne franquette. Pour la petite histoire, à l’origine, le bouchon désignait un lieu où l’on peut “mâchonner”. Au XIXe siècle, les canuts, commençant très tôt leur journée, organisaient des “casse-croûte” vers 9 ou 10h appelés les mâchons composés des restes de la veille. Ces en-cas se faisaient en dehors des restaurants traditionnels : dans un bistrot, chez un marchand de vin, ou à l’atelier des canuts. Les mâchons sont définitivement rentrés dans la tradition lyonnaise lors de la fondation des Halles de Lyon aux Cordeliers.

Les grattons

Les grattons sont des petits morceaux de couenne de porc grillés. On peut les déguster avec un pot de Côte du Rhône ou de Beaujolais. On la déguste lors d’un apéritif. On la surnomme la cacahuète Lyonnaise.

Les charcuteries

L’emblème de la charcuterie lyonnaise est avant tout le saucisson. Le saucisson lyonnais tient sa spécificité des techniques de sa fabrication. Il est composé d’un mélange de morceaux de gras coupés en petits cubes de 5 à 6 mm de côté et de maigre haché très fin. La préparation est ensuite assaisonnée puis enfermée dans des boyaux naturels. On trouve plusieurs sortes de saucissons lyonnais : la rosette, le cervelas (saucisson à cuire), etc.

Le tablier de sapeur

Le tablier de sapeur est un plat typiquement lyonnais préparé avec de la fraise de bœuf coupée en dés et marinée dans une préparation à base de vin blanc maconnais additionnée de moutarde, de citron, d’huile, de sel et de poivre. La fraise est ensuite roulée dans de la mie de pain puis grillée dans de l’huile et du beurre et accompagnée d’une sauce Gribiche.

La quenelle

Le tablier de sapeur est un plat typiquement lyonnais préparé avec de la fraise de bœuf coupée en dés et marinée dans une préparation à base de vin blanc maconnais additionnée de moutarde, de citron, d’huile, de sel et de poivre. La fraise est ensuite roulée dans de la mie de pain puis grillée dans de l’huile et du beurre et accompagnée d’une sauce Gribiche.

Les cardons

Les cardons sont des légumes dont on déguste les côtes. Ils se rapprochent de la côte de la blette. Dans la cité lyonnaise, on le déguste sous forme de gratin à la moelle pendant les fêtes de Noël.

La cervelle de canut

La cervelle de canut, appelé aussi claqueret, n’est pas à proprement parlé un fromage mais plutôt une façon d’accommoder le fromage blanc. Il faut un fromage blanc pas trop mou que l’on bat. Puis,  on  y ajoute  du sel, du poivre, un filet de vinaigre et d’huile d’olive, une échalote, de la ciboulette, des herbes du jardin, de l’ail et éventuellement un peu de crème fraîche et une goutte de vin blanc maconnais, bien sûr.